Zombies Anonymous

Je vous en avais parlé, aujourd’hui petite chronique sur le film Zombies Anonymous qui est pour moi LE film de zombies qui prend le contrepied de la culture « classique » du sous-genre.

Zombies Anonymous est sorti en 2006 sous le nom original de Last Rites of the Dead lors du Festival NYC du film d’horreur puis il est sorti… directement en vidéo. Et là j’ai envie de demander : POURQUOI ? Ce film est juste une pure merveille.

Zombies anonymous - affiche 1

Réalisé par Marc Fratto, Zombies Anonymous se passe aux États-Unis, dans une société où plus personne ne peut mourir. Plus exactement, lorsque quelqu’un meurt (accident, mort naturelle, peut importe) il continue de « vivre » normalement, il peut parler, faire ses courses, prendre le bus, etc. La seule différence avec un vivant, un vrai, c’est que son corps se décompose petit à petit. La cause de cette zombification n’est pas connue dans le film, même si l’hypothèse d’une expérimentation gouvernementale qui aurait mal tourné est émise.
Cette situation permet donc à Marc Fratto d’avoir un zombie comme personnage principal et ça change ! En plus c’est UNE zombie !

Synopsis

Angela vient d’annoncer à son petit ami Josh qu’elle compte mettre fin à leur relation. Celui-ci le prend plutôt mal et lui tire une balle dans la tête. Pas de bol, cela fait 5 jours que plus personne ne peut mourir et Angela devient zombie malgré elle.
Elle continue de vivre sa vie – si on peut dire ça – mais elle se rendra vite compte qu’être un mort-vivant n’est pas facile tous les jours. Au bout de quelques mois, les mort-vivants sont de plus en plus nombreux et leur place dans la société humaine devient confuse : ont-ils les mêmes droits que les vivants ?

josh - angela
(La première scène du film, très bien jouée, nous fait comprendre qu’on n’est pas dans un banal film de zombie)

On observe beaucoup de réactions « racistes » de la part des vivants, certains magasins n’acceptent plus les morts, ils se font renvoyer de leurs entreprises, persécuter dans la rue… On retrouve une ambiance ségrégationniste qui rappelle celle de l’Amérique envers les noirs, et, plus proche de nous, la situation des Juifs pendant la guerre.

Josh fait partie de ceux qui luttent contre les morts-vivants, avec ses amis il s’amuse à tabasser les zombies qu’il croise (d’ailleurs l’une des premières scènes du film, où ils s’acharnent sur un zombie dans un tunnel, n’est pas sans rappeler la scène du sans-abri dans Orange Mécanique de Kubrick – attention scène violente en lien) et se retrouve un peu comme un con lorsqu’il se rend compte qu’il a fait de sa petite amie l’une des leurs… Ou bien est-ce l’inverse ? Peut-être qu’il s’amuse à les tuer pour se venger d’elle ?

En tout cas, Angela et Josh seront à nouveau amenés à se confronter tout au long du film.

Un film sur fond de ségrégation anti-zombies

Aux puristes qui me diront que c’est une aberration de voir les zombies agir normalement et que Romero doit se retourner dans sa tombe (il aimerait bien), je vous arrête tout de suite : si les zombies de Romero peuvent marcher, pourquoi ne pourraient-ils pas penser ? Le cerveau est encore en marche après tout ! Et puis zut, on reste dans le domaine du fantastique.

En tout cas Zombies Anonymous ne tombe jamais dans la mauvaise parodie de film de zombies avec ce sujet. Bien au contraire, il est très réaliste et soulève un vrai problème : la société est face à une situation qu’elle a déjà connue avant, c’est-à-dire des « étrangers », qui viennent évoluer parmi les gens « normaux ». En regardant le film il est facile de se dire que ceux qui criagnent des zombies sont stupides, qu’ils ne font que reproduire le racisme que l’humanité a connue envers les noirs, les arabes, les juifs… Mais imaginez-vous une société où personne ne meurt : chômage, sécurité sociale, retraite à vie… Cela bouleverserait totalement nos habitudes.
(Petit aparté : c’est peut-être une métaphore voulue par Fratto, celle d’une société tellement médicalisée qu’il en devient de plus en plus difficile de mourir… Je vous laisse méditer.)

zombies anonymes - thérapie
(Petite scéance de thérapie entre zombies)

La vie de zombie n’est vraiment pas facile : aucun d’eux n’a choisi de mourir (ou très peu, il y a des cas de suicides malheureux) et ils se retrouvent d’un coup face à des murs, ils ont peur de sortir de chez eux, ils n’ont plus de sources de revenu… La nourriture « normale » les fait vomir, ils ne peuvent désormais manger plus que de la viande crue et souffrent d’affreux maux de tête. Angela, pour sortir de sa solitude, va même jusqu’à intégrer un groupe d’écoute zombie dédié à ceux qui sont « rejetés par la mort ». La société s’adapte et évolue, il existe désormais des produits « spécial zombies » dans le commerce. C’est ce que j’aime dans ce film, on est dans le fantastique mais la société décrite est très réaliste. On ne se retrouve pas face à une apocalypse mais face à un problème social et politique.

Parallèlement à cela, Josh et ses amis vont rejoindre une armée improvisée de chasseurs de zombies et se mettre à la poursuite d’Angela.

Les figures féminines

Dans Zombies Anonymous les figures féminines sont très importantes : Angela, l’héroïne du film, est recueillie par une sorte de secte zombie guidée par Bonne-mère Solstice, qui se shoote à la viande humaine. Pendant ce temps l’armée de Josh est menée d’une main de fer par « une » commandant qui a pour obsession de défendre la vie à tout prix.

Ainsi dans cette nouvelle société les femmes sont au pouvoir. Bonne-mère Solstice et le commandant ont chacune en tête d’éliminer l’espère ennemie. À noter qu’il est sûrement plus difficile de combattre la mort…

angela
(Angela – Gina Ramsden – et les « jumelles »)

Angela
Angela est frappée par la mort de façon violente. La première scène du film, où on la voit recroquevillée dans sa salle de bain en tentant de fuir son ex, est très prenante et la façon dont elle meurt va déterminer la façon dont elle vivra sa mort. Angela sera témoin et victime de la ségrégation anti-zombie et se retrouvera encore une fois malgré elle au centre de la guerre entre vivants et morts-vivants. On la sent complètement perdue mais elle ne cessera jamais de se battre contre ceux qui veulent décider pour elle. L’actrice qui l’incarne, Gina Ramdsen, a reçu le prix de la meilleur actrice au Festival NYC du film d’horreur.

Le commandant
Le commandant est une femme de guerre et de pouvoir, à la tête d’une armée improvisée qui a pour but d’éliminer les morts-vivants. Elle dirige un groupe d’hommes et les entraîne à torturer les zombies qui l’ont selon elle bien mérité. Le commandant se complaît dans l’ultra-violence et contribue au côté cru du film.

commandant
(Le commandant – Christa McNamee)

Bonne-mère Solstice
À la tête de l’armée du côté zombie, Bonne-mère Solstice est une espèce d’allumée à l’allure d’ange qui a accepté sa nature de zombie et compris qu’elle avait besoin de manger de la viande humaine. Elle incite ses disciples à sacrifier des vivants afin de se nourrir de leur chair. Son groupe à elle est composé principalement de femmes et elle tente de convertir Angela. Bonne-mère Solstice suit son instinct, comme tout bon zombie.

solstice
(Bonn-mère Solstice – Mary Jo Verruto)

Conclusion

Zombies Anonymous prend à revers les « automatismes » auxquels nous avaient habitués les films de zombies : la mise en scène de créatures stupides et sans aucune humanité.
Cependant le film garde à l’esprit les règles principales qui font que les zombies en sont : ils ne peuvent être tués que si leur cerveau est entièrement détruit (ici il ne suffit pas de séparer la tête du reste du corps), ils ont besoin de chair humaine, et ils sont supposés être morts.

Marc Fratto ne prend aucune pincette quand il décrit la société dans son film, on rencontre beaucoup de scènes difficiles à soutenir, beaucoup de violence et d’injustice. Je faisais un parallèle avec Orange Mécanique plus haut et ce n’est pas pour rien. Ce film dénonce une société qui est la nôtre, pas à la manière d’un Romero, déjà parce que ça a déjà été fait, ensuite parce qu’il ne s’agit pas des mêmes aspects de la société. La violence latente qui existe aux États-Unis est d’un coup lâchée et ne connaît plus de limite dans un monde où la mort n’existe plus.

zombies anonymous - tete

Les héros dans ce film ne sont pas ceux qu’on a l’habitude de voir (un homme vivant essayant de survivre), il met en avant les femmes, bonnes ou mauvaises, vivantes ou mortes.

D’ailleurs ces femmes seront à l’honneur lors de la scène finale, une bataille de zombie comme on n’en a jamais vue. Out les zombies qui attaquent en horde sans réfléchir, ici les morts-vivants s’allient entre eux pour faire valoir leurs droits.

Au final ce film est une tuerie et c’est vraiment vraiment dommage qu’il ne soit pas plus connu. Donc n’attendez pas et regardez-le au plus vite !


La bande annonce :



Je vous parle de ce film à l’occasion de la sortie prochaine de Warm Bodies, car j’espère y retrouver un aspect du zombie qu’on a encore jamais vu, un peu plus humain et qui pourrait se rappeler de ses émotions d’avant, quand il était vivant. Ce serait une sorte de Zombies / L’armé des morts avec un peu plus d’espoir du côté des monstres… Mais j’ai peu de tomber sur un Twilight zombie quand même. Et là j’aurais vraiment très honte de parler de Warm Bodies et de Zombies Anonymous dans le même article !

Jolly S.

——-

English translation soon

Publicités
Cet article, publié dans Zombies, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Zombies Anonymous

  1. Ping : Le boom des “séries d’horreur” | Jolly Slasher - Quelle horreur !

  2. Ping : Mini revue : Warm Bodies | Jolly Slasher – Quelle horreur !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s